Myriam galeriste

« J’ai eu l’opportunité d’ouvrir ma propre galerie dans le 6e arrondissement à Paris et d’échanger avec des artistes français et étrangers. Cela a permis aux artistes de nouer des relations internationales. J’ai monté une cinquantaine d’expositions temporaires, quelquefois très courtes, mais qui m’ont servi de rampe de lancement auprès de collectionneurs privés. J’ai par exemple été très investie dans les échanges culturels avec la Corée. C’est un pays résolument moderne, à la pointe de l’art contemporain. Les écoles d’art y fleurissent, les galeries privées s’engagent énormément pour promouvoir leurs jeunes artistes dans toutes les grandes villes du monde. J’ai ainsi pu monter des partenariats, par exemple avec la galerie Aka ou l’Arts Center de Séoul. »